Le PNUD et ses partenaires lors de la Cérémonie de Lancement du Rapport sur le Développement Humain 2020

Abidjan 19 Mai 2021 : La Ministre du plan et du développement a lancé l’édition 2020 du Rapport sur le Développement Humain, le mercredi 19 mai 2021 lors d’une cérémonie organisée en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Ce lancement national a réuni quatre ministres ; la Directrice des opérations de la banque mondiale, la Représentante de l’UNEP et une Enseignante-chercheuse ainsi qu’une soixantaine de participants en présentiel, issus des Institutions de la République, du secteur privé, de la société civile et du monde universitaire. Le lancement a également enregistré la participation de plus de 200 personnes en ligne dont le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies.

Le rapport sur le développement humain est une contribution du PNUD depuis 1990 aux débats sur les problématiques de développement. L’édition 2020, lancée le 15 Décembre 2020 à Oslo Norvège, par l’Administrateur du PNUD s’intitule « La prochaine frontière : le développement humain et l’Anthropocène ». Le RDH 2020 montre que l’humanité est entrée dans une nouvelle ère, à savoir l’Anthropocène, caractérisée par des bouleversements multiples dus aux effets du changement climatique. Les pressions exercées par l’humanité ont fondamentalement modifié les systèmes écologiques nécessaires à la vie sur Terre.

Selon la Représentante Résidente du PNUD « Ce Rapport 2020 montre les importants progrès réalisés par cent-quatre-vingt-neuf (189) pays dans l’indice du développement humain en 30 ans (IDH). Cette année, il apporte une innovation en corrigeant l’IDH par le niveau des pressions exercées par l’humanité sur la planète ».

Au niveau national, le rapport montre que la « La Côte d'Ivoire améliore sa performance dans son IDH : Des gains au niveau de l’espérance de vie qui passe à 57ans, le revenu national brut et la scolarisation. Cette évolution positive la classe à la 162ème place contre 165ème précédemment. Toutefois, le pays positionné dans la catégorie des pays à IDH faible malgré ses performances récentes, doit maintenir le momentum, investir davantage dans la régionalisation du développement humain, lutter contre les inégalités et la destruction des écosystèmes.  

En Côte d’Ivoire, la pression excessive de l’homme sur la nature est une réalité. En effet, le pays a bâti le succès de son économie, depuis de longues années, sur une agriculture extensive, très consommatrice de terres forestières et peu mécanisée.

Un panel modéré par la Représentante Résidente du PNUD a permis d’adresser les défis auxquels la Côte d’Ivoire fait face et qui sont soulevés par le RDH. Ont participé à ce panel au titre du Gouvernement deux ministres à savoir : Monsieur Alain DONWAHI, Ministre des Eaux et Forêts sur « les défis du découplage agriculture et déforestation », notamment les innovations entreprises en partenariat avec le secteur privé pour intégrer la durabilité dans les systèmes de production; et Madame Belmonde Dogo MYS LOGBOH, Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, qui a traité de « l’impact de la COVID-19 sur la pauvreté– Quelle mesures de solidarité en perspective?» en mettant en exergue les efforts consentis par le Gouvernement dans le cadre de sa réponse face au COVID-19.

Ont également participé à ce panel deux (2) partenaires au développement, à savoir Madame Coralie GEVERS, Directrice des Opérations de la Banque Mondiale pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo et le Mali, qui a articulé son intervention sur « la croissance économique et préservation des ressources naturelles », en précisant que son institution a revu son approche de lutte contre la pauvreté en accordant un point d’honneur aux questions de changement climatique et de préservation des ressources naturelles; et Madame Angèle Luh, Chef du Bureau Sous - régional Afrique de l’Ouest de ONU Environnement (UNEP), sur « l’état des lieux des changements sur la flore, la faune et l’environnement » y compris la promotion de l’économie circulaire comme moyen de sortir les jeunes de l’informalité professionnelle.

Enfin, comme cinquième panéliste, il y avait la Professeure Bernadette Dia KAMGNIA, Maître de Conférences Agrégé des Sciences Economiques qui a traité de « l’industrialisation plus propre pour la préservation de la planète », qui a axé sa communication sur l’accroissement de la productivité en Afrique grâce aux technologies propres comme opportunité de création d’emploi durable.

Deux messages apportés par le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable ont contribué à relever le niveau technique de ce panel interactif, qui a donné lieu à des échanges fructueux qui ont permis de passer en revue le rapport à la lumière des réalités de la Côte d’Ivoire.

Icon of SDG 10 Icon of SDG 13 Icon of SDG 15 Icon of SDG 17

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Côte d'Ivoire 
Aller à PNUD Global