Violences sexuelles liées au conflit

28 févr. 2018

Le Pool des Experts du comité national de lutte contre les violences sexuelles en situation de conflits (CNLVSC) présente son rapport d’activités 2017 au Coordonnateur résident des Nations Unies

-----------------------------------------------------------------

Le Coordonnateur Résident des Nations Unies, Babacar Cissé a rencontré la délégation du Comité National de lutte contre les Violences Sexuelles en situation de Conflits (CNLVSC), conduite par le Chef d’Etat-Major Général des Armées (CEMGA), le Général Touré Sékou, Président du Pool des Experts du CNLVSC, accompagné des grands commandements de la Gendarmerie et de la Police, du Procureur de la République et du Procureur militaire. Ce Comité a été mis en place en juin 2016 pour mettre en œuvre les recommandations du Secrétaire Général des Nations Unies. Les résultats significatifs atteints par le comité ont permis à la Côte d’Ivoire d’être retirée de la liste des pays où la violence sexuelle est utilisée comme arme de guerre.

Le Général Touré Sekou a remercié les Nations Unies pour leur appui apporté dans le cadre dans la lutte contre les violences sexuelles liées aux conflits, à travers l’accompagnement fort apprécié des deux Experts nationaux déployés au sein du Bureau du PNUD par l’Equipe d’Experts sur l’Etat de Droit / Violences sexuelles dans les conflits. Il a confirmé l’engagement personnel du Président de la République dans cette lutte mais aussi celui des forces de défense et de sécurité à faire en sorte que la Côte d’Ivoire ne soit plus citée dans le rapport du Secrétaire Général des Nations Unies relatif aux violences sexuelles.

Le bilan des activités 2017 du pool a été ensuite présenté à travers neuf activités majeures réalisées, notamment : La signature d’un acte d’engagement pour la lutte contre les violences sexuelles en situation de conflits ; La validation du plan d’action triennal du Comité ; la sensibilisation sur les violences sexuelles en situation de conflits de 454 éléments des forces de défense et de sécurité déployées pour la sécurisation de la région du Cavally, à la suite du récent conflit intercommunautaire survenu à GUIGLO en septembre 2017.

Le Procureur militaire a en outre indiqué que l’impact majeur de ces activités est qu’« aucun cas de violence sexuelle impliquant un élément des FDS n’a été relevé durant l’année écoulée ».

Après avoir félicité le Pool des Experts dont le travail a permis d’atteindre un tel résultat et salué l’engagement du Gouvernement ivoirien, le Coordonnateur Résident des Nations Unies/ Représentant Résident du PNUD, Babacar Cissé a invité les autorités ivoiriennes à « Prendre en compte systématiquement les questions de violences sexuelles basées sur le Genre dans les curricula de formation dans les écoles de magistrats et des forces de défense et de sécurité ».

Il a aussi relevé la nécessité de consolider les acquis  du Comité tout en insistant sur l’achèvement des procédures judiciaires en cours qui doivent permettre une juste et équitable réparation aux victimes.

Au terme des échanges, le Coordonnateur Résident a indiqué que les Agences des Nations Unies ne manqueront pas de poursuivre leur appui au Comité dans l’atteinte de ses objectifs de lutte contre l’impunité des crimes de violences sexuelles, mais également pour la pérennisation des acquis de la lutte contre les violences sexuelles.

***

Le PNUD forge des partenariats à tous les niveaux de la société pour aider à construire des nations résilientes, afin de mener à bien une croissance qui améliore la qualité de vie de chacun. Présents dans environ 170 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et des connaissances locales au service des peuples et des nations. www.undp.org

Contact information

Youssouf Diarra, Spécialiste en Communication, youssouf.diarra@undp.org, +225 08 92 48 51

Contactez-nous : Le PNUD sur Twitter | sur Facebook | sur LinkedIn | sur Google+ | Contacts Médias |

Autres ressources : Que faisons-nous ? / Centre de presse / Speakers Corner / Engagez-vous

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Côte d'Ivoire 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe