Côte d’Ivoire: La vie de plus de 250.000 personnes a été améliorée à travers le programme de lutte contre la pauvreté

12 avr. 2016

le PNUD améliore les conditions de vie des populations pauvres Photo: Basile ZOMA/ONUCI/PIO

Le PARP vise à booster l’économie de la Côte d’Ivoire et à atteindre les résultats des OMD de lutte contre la pauvreté. Photo : PNUD

“La subvention que j’ai reçue m’a permis de doubler mon revenu. Aujourd’hui, grâce à mon entreprise de textile, je gagne deux fois plus que ce que j’avais avant de recevoir cet appui affirme Konan Akissin, un entrepreneur de Bocanda, une ville située au Centre Est de la Côte d’Ivoire

Akissin fait partie des 274.000 personnes qui ont bénéficiés du Programme d’Appui à la Réduction de la Pauvreté -mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement- dont l’objectif est d’améliorer les conditions de vie des populations et de lutter contre la pauvreté dans ce pays.

Depuis 2009, ce programme de 11. 389.414 USD a été mis en œuvre sur trois fronts: la réhabilitation des infrastructures éducatives et sanitaires, la réintégration des ex-combattants et le travail avec les groupes communautaires pour améliorer leurs moyens de subsistance.

Sur six ans, 62 organisations communautaires ont reçu un appui à travers les dons en espèces, le financement direct de projets, les formations professionnelles et une expertise technique. Akissin est parmi ces 12.126 personnes, dont 80 % sont des femmes, ayantbénéficié de ces efforts dont le but est de soutenir les entreprises locales, diversifier les sources de revenus ou d’augmenter la production agricole.

Avec une subvention de 12.027.922 USD provenant du PARP, les 50 membres de l’association des Jeunes de l’Ilot Asecna, basés dans une banlieue d’Abidjan, la capitale économique du pays, ont achetés de nouveaux équipements de pêches et ce sont lancés dans la production agricole, améliorant par la même occasion leurs options alimentaires et leurs revenus.

A travers la réintégration socio-économique des ex-combattants qui est un pilier du programme, 456 anciens combattants ont été soutenus dans leur réinsertion à la vie civile comme agriculteurs, éleveurs et commerçants. En outre, 1500 anciens combattants sont actuellement en formation professionnelles pour des emplois liés à la production de l’énergie solaire et au recyclage des déchets. 80 % des bénéficiaires du programme demeurent autonome dans leurs domaines de travail respectifs trois années après avoir participé à cette initiative.

Le programme a aussi contribué à la réhabilitation d’infrastructures dans différentesrégions du pays, incluant huit écoles primaires, huit hôpitaux, deux centres communautaires, 110 puits et 69 fontaines. L’amélioration de ces infrastructures a bénéficié à 260 000 personnes et a conduit à un usage élevé des services publics.

Simonne, une jeune femme de Bondoukou, une ville du nord-est du pays, situé à 420 kilomètres d’Abidjan, a été l’une de ces personnes. « Étant donné les conditions d’évolution de ma grossesse, j’avais peur pour ma vie mais depuis la rénovation dela maternité je suis impatiente de donner naissance à mon enfant » affirme-t-elle.

Le PARP a étémis en œuvre  pour soutenir l’économie de la Côte d’Ivoire frappé par la crise et accompagnerle gouvernement dans ces efforts entrepris en vue d’atteindre les résultats des Objectifs du Millénaire pour le Développement en rapport avec la lutte contre la pauvreté. Les partenaires du projet sont le gouvernement, la Banque Africaine de Développement, le Groupe Financier Atlantique, le Fond Ivoiro-Belge pour le Développement, le Fonds International pour le Développement de l’Agriculture, le Fonds Ivoiro-Suisse pour le Développement Economique et Social et la Compagnie Minière Newcrest.

 

Pour de plus amples informations, contacter:

A Abidjan:
Youssouf Diarra, 
youssouf.diarra@undp.org