La Cote d'ivoire en route pour Rio+20

18 juil. 2012

image

La Conférence de RIO+20 dont le thème est «  L’avenir que nous voulons » vient de demarrer à RIO au Bresil

150 pays, et environ 50.000 personnes sont attendus dont la  délégation ivoirienne conduite par le premier Ministre Jeannot Kouadio Ahoussou à  la Conférence Rio+20 pour porter à la face de la communauté Internationale les efforts faits par les autorités ivoiriennes pour une côté d'ivoire plus verte.

Le bureau pays  Cote d'ivoire du Programme des Nations Unies pour le Développement a appuyé Le gouvernement ivoirien à travers le Ministère de l'Environnement et du Développement Durable dans l'exécution des activités préparatoires de cette grande rencontre mondiale sur l'environnement.

 La Côte d’Ivoire ne peut  pas se permettre de manquer une telle occasion pour plaider pour  son  futur développement  en pays émergent à l’horizon 2020 comme le projette ses dirigeants.

En effet, à l'instar des autres pays africains, les enjeux à Rio +20 sont importants pour la Côté d'Ivoire. Le gouvernement ivoirien a d’ailleurs fait de la question de l'environnement et du développement durable le moteur de son développement à travers  la création d’un ministère de en charge des dites thématiques.

Le gouvernement ivoirien  a obtenu du Programme des Nations Unies pour le développement en Côte d’Ivoire un appui multiforme, dans l’organisation des campagnes d’information et de sensibilisation des populations sur les enjeux de la protection de l’environnement. La preparation du rapport pays sur la situation de biodiversité avec la contribution de UNDESA mais aussi l’on retient  la production du  rapport mondial sur le développement qui porte sur la question de la durabilité. Ce rapport  a permit de faire un plaidoyer auprès du gouvernement et des acteurs nationaux sur la nécessite de se pencher de plus en plus sur la question de l’environnement.

La société civile n’est pas en marge de cet appui. En effet,  le PNUD appuie les  activités des ONG nationales dans le cadredes activités auprès des communautés pour la sauvegarde de la biodiversité,  de la presse et des autres acteurs engagés pour le combat de la protection de l’environnement.des  En vue d'approfondir la rfeflexion, un rapport national sur le développement humain portant sur les emplois verts et de la sauvegarde de la biodiversité,

Pour rappel, Le continent Africain, dépend de ses ressources naturelles pour croître et se développer. C’est le continent qui a le moins contribué aux émissions de gaz à effet de serre, mais qui en souffre le plus. Les sécheresses, les inondations et autres phénomènes  sont parmi les signes les plus frappants du changement climatique.  Ces signes affectent négativement les productions agricoles et  la sécurité alimentaire.