Les obstacles et freins à la cohésion sociale et à la paix ont été passés au peigne fin par les populations de l’Ouest de la Côte d’Ivoire

2 août 2018

Du 23 au 25 juillet dernier, les populations du département de Guiglo, à l’Ouest de la Côte d’Ivoire, se sont réunies dans le cadre d’un dialogue intercommunautaire. Il s’agissait pour les acteurs de ce dialogue d’identifier les principaux obstacles à la cohésion sociale dans leur région et y proposer des solutions, et ce, en présence des autorités administratives et du Coordonnateur Résident des Nations Unies/ Représentant Résident du PNUD.

Cette importante initiative du Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, qui a bénéficié de l’appui technique et financier du PNUD et du Fonds de Consolidation de la Paix des Nations Unies, a été un cadre d’intenses travaux en atelier où les Jeunes et les femmes issus de différentes communautés, les Leaders Communautaires, les Cadres et Elus et les Chefs de service ainsi que les autorités préfectorales de Guiglo ont réfléchi et identifié les principaux problèmes qui fragilisent la cohésion sociale dans le département avant de formuler des recommandations devant contribuer à apaiser et raffermir le climat social.

Après que les différents groupes aient restitué les résultats de leurs travaux, Babacar Cissé, Coordonnateur Résident des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD, a salué la qualité des échanges et le niveau d’engagement des participants à ce dialogue intercommunautaire, avec à leur tête les autorités administratives du département. Il a rappelé l’urgente nécessité de conjuguer les efforts de sorte à réduire les cas de violences basées sur le genre et à sensibiliser les jeunes et les femmes sur leur pleine implication pour des élections locales apaisées dans le département. « Chers amis jeunes, refusez d’être manipulés car vous êtes l’avenir de cette région et partant de la côte d’Ivoire » a indiqué M. Cissé qui s’est engagé par ailleurs, à transmettre au gouvernement, les préoccupations exprimées par l’ensemble des acteurs de ce dialogue intercommunautaire.

Parmi les problèmes soulevés, la question du foncier rural et des forêts classées a été notée avec force comme étant une source majeure des conflits dans le département. Sur cette question spécifique, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, Babacar Cissé, a rassuré les acteurs présents, de la poursuite de l’accompagnement du gouvernement par le SNU dans la vulgarisation de la loi sur le foncier rural et l’appui à la traduction de cette loi dans différentes langues locales.

Les participants à cet important dialogue ont également évoqué: (i) la faible collaboration entre les forces de défense et de sécurité et les populations qui ne contribue pas à améliorer la sécurité dans le département, (ii) le manque d’emplois des jeunes qui augmente leur vulnérabilité, (iii) le climat politique délétère qui impacte considérablement les relations entre les populations, (iv) la manipulation politique des jeunes, (v) le sort des prisonniers politiques et (vi) le taux élevé des cas de violences basées sur le Genre (VBG) dans le département de Guiglo qui a enregistré 194 cas en 2017 contre seulement 32 cas en 2014.

Pour chacun des problèmes identifiés, les Jeunes, les Femmes, les Leaders Communautaires, les Cadres et Elus et les Chefs de service de Guiglo ont pris l’engagement d’œuvrer pleinement aux côtés des autorités préfectorales, à la recherche et à la mise en œuvre de solutions adéquates pour une paix durable à Guiglo avec l’appui du Gouvernement et des partenaires au développement.

Le Préfet de la région du Cavally, Préfet du département de Guiglo, dont les locaux avaient été le théâtre d’actes de vandalisme par les jeunes, lors du conflit relatif à la forêt classée du Goin Débé, a salué la pertinence de cette intervention du Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté et du PNUD, qui cadre avec les besoins de renforcement et de consolidation de la cohésion sociale dans la zone Ouest. Il a exhorté les acteurs présents à œuvrer aux côtés des autorités préfectorales, au renforcement de la paix et la sécurité pour un développement durable et participatif.

Pour rappel cette initiative s’inscrit dans le cadre des appuis du PNUD à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale dans les zones encore sensibles de la Côte d’Ivoire notamment à l’Ouest du pays.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Côte d'Ivoire 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe