Près de 4000 policiers ivoiriens renforcent leurs capacités en matière de respect des droits humains

08 avr. 2014

image

 Une formation sur le respect des droits humains destinée à environ  3900 policiers de Côte d’Ivoire a démarré le 10 février 2014 à l’Ecole Nationale de Police d’Abidjan. Ce  programme de formation vise spécifiquement à renforcer les capacités des institutions nationales de sécurité, de sorte à consolider la stabilité, mais aussi à contribuer à la fourniture par la Police nationale de services de qualité dans le respect des droits humains.

Financé par l’Agence internationale de coopération japonaise (JICA) à hauteur de  1.993 620 de dollars US, soit 956.937.786 de francs CFA et mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le programme s’inscrit  dans le cadre du Plan National de Développement 2012-2015 (PND) du gouvernement ivoirien, notamment dans son réforme du secteur de la sécurité en cours en Côte d’Ivoire.

Les policiers bénéficiaire de la formation, des hommes et des femmes répartis sur toute l’étendue du territoire national ivoirien, devraient être instruits sur divers concepts dont : management, éthique et déontologie,  genre et groupes vulnérables, lutte contre les crimes organises, maintien de l’ordre, signalisation judiciaire, gestion des scènes de crime,  officiers de police judiciaire.

Pour la première phase du projet, trois sessions  de formation en management, qui ont regroupé 60 personnes dont les préfets de police, les chefs de district et d’unités d’intervention et des commissaires, se sont déroulées du 10 février au 21 mars à l’école de police.

 En présence  des autorités du ministère de l’Intérieur de la Sécurité et l’ambassadeur du Japon, la clôture de ces sessions a été marquée par une remise de matériel à l’école de police, aux 11 districts et à tous les commissariats de police que compte du pays. Il s’agit de photocopieurs, ordinateurs portables, tableaux flipchart, rouleaux flipchart et markers, destinés à la formation continue des policiers dans leurs unités respectives. Le projet prendra fin en 2016.