Protection de la mangrove et creation de parcs à bois de feu


Vues des zones de mangroves plantées et restaurées

Bref contexte du projet

Anan est un village de pêcheurs situé en bordure de la lagune Ebrié, dans la commune de Bingerville. Depuis quelques années, le village d'Anan connait une grave diminution des ses ressources halieutiques. Le diagnostic participatif a montré que la cause de cette pénurie est la destruction des mangroves pour les besoins de bois de chauffe. En effet, la production de l’Attiéké, activité principale des femmes dans ce village, nécessite l’utilisation d’une quantité importante de bois de chauffe.

A retenir

  • Grave diminution des ressources halieutiques du village d'Anan. Le diagnostic participatif a montré que la cause de cette pénurie est la destruction des mangroves pour les besoins de bois de chauffe
  • Le projet a un double objectif : 1/ restaurer la mangrove qui a été détruite et 2/ créer une plantation d’acacia mangium pour les besoins d’énergie
  • 10 km de mangrove ont été restaurés grâce au projet et 75 hectares d'Acacia mangium ont été plantés en association avec la culture du manioc

Le projet a pour but de restaurer sur environ 5 à 10 km l'écosystème de mangrove détruit par la population le long de la lagune. Un effort similaire des villages voisins réhabiliterait la mangrove sur une grande partie de la lagune.. 

Objectifs du projet et principales activités

Le projet a un double objectif : 1/ il s’agissait montrer que les communautés locales sont capables de restaurer la mangrove qui a été détruite et 2/ de créer une plantation d’acacia mangium (arbre à croissance rapide) dans les savanes littorales hautes pour répondre aux besoins en énergie de cuisine dans cette localité. Ainsi, 10 km de mangrove ont été restaurés grâce au projet et 75 hectares d'Acacia mangium ont été plantés en association avec la culture du manioc. En outre, le projet a permis de construire 75 fourneaux améliorés économes en énergie comme pour expérimenter l’utilisation de cette technologie qui permet 50% d’économie en bois de chauffe.

Impact sur l'environnement

10 km de mangrove ont été restaurés le long de la lagune Ebrié autour du village d’Anan. Le long de cette mangrove réhabilitée, on peut déjà observer un retour d’espèces de poissons dans las eaux lagunaires d’Anan.

En ce qui concerne les activités parallèles telles que la création du parc à bois de chauffe d'Acacia mangium, une plantation communautaire d’acacia mangium créée dans le cadre du projet a alimenté le village pendant 2 à 3 ans en bois de chauffe avant d’être vendue à une opération immobilière. Cependant des plantations familiales d’acacia mangium ont été développées par le projet dans le double objectif de restaurer les terres appauvries et aussi de servir de bois de feu. ; Chaque famille ayant ainsi son propre parc à bois de chauffe.

Impact socio-économique      

Grâce à ce projet, environ 15 bénéficiaires formés dans la gestion des mangroves et à la création de plantations d'Acacia mangium, ont créé leurs propres plantations d'Acacia mangium. Ils exploitent ces plantations en vendant le bois. Selon les bénéficiaires, cette activité leur génère entre 300 000 et 450 000 FCFA par an. Comme source parallèle de revenus, le projet a permis également aux bénéficiaires de réduire les dépenses sur le bois de chauffe grâce aux fourneaux améliorés qui ont été construits et qui sont utilisés pour la préparation de l’Attiéké. Ainsi, le projet a permis aux femmes de réaliser une économie allant jusqu’à 60 000 FCFA par mois.

Impact sur les politiques

Actuellement, plusieurs maires du pays de communes forestières organisés en association de communes forestières recherchent des fonds pour mettre en œuvre des projets de plantation d'acacia mangium dans leurs localités respectives.

Considération relative au genre

90 femmes ont été parmi les bénéficiaires du projet. Elles ont joué un grand rôle en fournissant un soutien dans la mise en œuvre du projet par l’approvisionnement en eau dans la création de pépinière. 75 d’entre elles ont bénéficié des fourneaux améliorés construits par le projet.

Réplication à plus grande échelle

Ce projet est une réplication d'expériences réussies menées ans dans le Centre, le Nord et le Sud du pays. Des plantations d’acacia mangium ont été testées à Napié, Aghien télégraphe, Toumodi, entre 1995 et 2000.

Leçons apprises

Comme leçon principale apprise, la déforestation due au bois-énergie approvisionnant, les zones urbaines est un phénomène de plus en plus important en Côte d'Ivoire. Les expériences réussies dans la création de parcs à bois de chauffage dans les zones périurbaines peut être une solution durable pour la gestion du bois de chauffage dans les zones urbaines et constituer également une sorte d’activité génératrice de revenus dans la perspective de lutte contre la pauvreté.