Cadre légal

Présentation du CPD 2017-2020

Le Programme pays (CPD 2017-2020) traduit la contribution du PNUD au renforcement de la gouvernance, à la croissance inclusive et au développement durable du pays. Il est aligné sur les priorités nationales et contribuera à la réalisation de deux résultats d’effets du CPU 2017-2020 :

  • les institutions étatiques et non étatiques, mettent en œuvre des politiques publiques et des stratégies inclusives et durables qui renforcent la gouvernance et la cohésion sociale et réduisent les inégalités ; et
  • les pouvoirs publics mettent en œuvre des politiques qui garantissent des modes de production et de consommation durables, la création de revenus et la résilience au changement climatique des populations les plus vulnérables.

Le Programme est articulé autour de deux axes d’interventions ou Piliers :

Le Pilier Gouvernance, Etat de droit et Cohésion sociale vise le renforcement de la gouvernance démocratique, avec un appui ciblé à des institutions clés telles que le gouvernement, le parlement, la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance, la Commission Nationale des Droits de l’Homme, la Commission électorale indépendante, les collectivités locales.

Le Programme contribuera à travers cet axe au renforcement des capacités de planification et de suivi-évaluation des politiques de développement prenant en compte les ODD, à la promotion de la coopération Sud-Sud et le partage d’expériences avec les pays émergents à travers la Conférence Internationale sur l’Emergence de l’Afrique, à l’amélioration de l'efficacité de l'aide en facilitant la coordination du cadre du dialogue entre le gouvernement et ses partenaires de développement.

Un appui sera apporté aux institutions publiques et des organisations de la société civile en vue d’assurer une gestion efficace de l’Etat avec des mécanismes redditionnels transparents, des espaces de dialogue inclusifs et une participation citoyenne renforcée.

L’accent sera aussi mis sur le renforcement des capacités des institutions nationales et locales en matière de prévention et de résolution de conflit, et l’appui au processus de cohésion sociale et de réconciliation nationale.

Le Pilier Développement Durable Inclusif vise principalement la promotion des modes de production et de consommation durables dans la dynamique de lutte contre le changement climatique, avec un focus sur les initiatives visant à promouvoir les énergies renouvelables, l'amélioration des capacités de production durables et la protection des forêts, et la création d’opportunités d'emplois et de revenus pour les plus défavorisés, notamment les femmes, les jeunes, les personnes déplacées.

Le Programme contribuera au renforcement des capacités du ministère en charge de l’énergie, de l’Assemblée des régions et districts, des entreprises privées et des communautés rurales en vue de promouvoir une législation, la responsabilité sociale des entreprises et le changement de comportement des communautés visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

L’utilisation des technologies propres et innovantes sera encouragée pour améliorer et accroitre les capacités de production et de transformation au niveau local. Une plateforme de dialogue sur l’investissement dans les énergies renouvelables impliquant l'Assemblée nationale, les ministères en charge de l'énergie et du développement durable, et le secteur privé sera promue.

Le Programme favorisera le développement d’outils de promotion d’une agriculture durable, moderne et plus compétitive garantissant la protection des ressources naturelles et le développement des chaines de valeurs agricoles. Une attention sera accordée à la microentreprise, aux activités génératrices de revenu et à la création d’emplois verts notamment dans la filière des énergies renouvelables et de la valorisation des déchets.

La création d’emplois notamment pour les jeunes et les femmes, et la réintégration des personnes déplacées seront renforcées à travers la promotion de la microfinance inclusive, la formation professionnelle et le soutien à l’entreprenariat. L’accent sera aussi mis sur la mise en place d’un programme de volontariat national pour faciliter l’insertion professionnelle et l’employabilité des jeunes.

Le coût des toutes interventions du Programme est estimé à 51 500 001 USD dont 8 000 000 USD de contributions du Gouvernement de Côte d’Ivoire et 8 000 501 USD de contributions du PNUD. Le reste des ressources devant être mobilisé auprès d’autres partenaires financiers et des fonds internationaux pour l’environnement.

Pour la mise en œuvre du Programme, l’exécution nationale sera la modalité préférée avec comme objectifs, une meilleure appropriation nationale ainsi que le leadership, la redevabilité et une contribution financière significative du gouvernement dans le financement du Programme. Les institutions nationales, les structures gouvernementales et les organisations non gouvernementales y compris les groupements de femmes y seront associés.
Fondé sur la gestion axée sur les résultats, le dispositif de suivi-évaluation du Programme sera bâti sur celui du CPU 2017-2020 et aligné sur celui du PND 2016-2020 qui bénéficiera de l’appui conjoint de l’Equipe pays des Nations Unies.
La coordination de la mise en œuvre du Programme sera assurée à travers des rencontres périodiques d’orientation entre le Ministère du Plan et du Développement et la Direction du PNUD. Il en sera de même des comités de pilotage des projets et programmes avec la participation des ministères sectoriels, des institutions nationales, de la société civile, du secteur privé, des partenaires au développement concernés et des communautés bénéficiaires.