A propos du PNUD en Côte d'Ivoire

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose le système des Nations Unies. Il prône le changement et relie les pays aux connaissances, expériences et ressources dont leurs populations ont besoin pour améliorer leurs conditions de vie.

Le PNUD forge des partenariats à tous les niveaux de la société pour aider à construire des nations résilientes, afin de mener à bien une croissance équitable et inclusive qui améliore la qualité de vie de chacun.

Présents dans 177 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et des connaissances locales au service des peuples et des nations, les  aidant ainsi à identifier leurs propres solutions aux défis nationaux auxquels ils sont confrontés dans cinq domaines : La réduction de la pauvreté; La gouvernance démocratique; L’énergie et l’environnement; La prévention des crises et le relèvement; La lutte contre le VIH/Sida. Par ailleurs, le PNUD prône systématiquement la protection et la promotion des droits humains et l’égalité entre les sexes comme fondement de sa programmation.

D’une manière générale, le Représentant Résident du PNUD dans chaque pays agit également en qualité de Coordonnateur des activités opérationnelles des agences du système des Nations Unies dans ce pays.

Le PNUD prône le développement humain à travers diverses interventions stratégiques et opérationnelles visant à contribuer aux dimensions intersectorielles du développement. Il assure la promotion des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Que faisons-nous en Côte d’Ivoire ?

Le PNUD est présent en Côte d’Ivoire depuis 1961. Il inscrit son action dans le Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement de la Côte d’Ivoire (UNDAF), lui-même aligné sur les priorités nationales de développement. Il s’agit d’un cadre programmatique, adossé au Plan national de développement, à partir duquel sont élaborés les programmes de chacune des agences du système des Nations Unies.

Le PNUD accompagne le Gouvernement sur la base d’un cadre de coopération qui est le Programme pays, CPD (Country Programme Development). Le CPD est décliné en plan d'action  CPAP (Plan d'action du programme pays) ou Plan d’Action du Programme Pays (PAPPP)

Après la crise post électorale de 2011, il est apparu nécessaire d’aligner les  interventions du PNUD sur les nouvelles priorités du Plan National de Développement (PND) dont la Côte d’Ivoire s’est doté. Ainsi, les  interventions du  bureau du PNUD en Côte d’Ivoire, s’inscrivent désormais,  autour de deux principaux piliers que sont (I) la Gouvernance démocratique et (II) la lutte contre la pauvreté en intégrant de façon transversale les questions de prévention des crises et de relèvement ainsi que les défis environnementaux et du développement durable.

La promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes fait partie intégrante de la vision du développement du PNUD Côte d’Ivoire pour un développement humain durable.  Les activités de promotion du genre sont développées tant au niveau des programmes que des opérations et unités de support.

Le bureau Côte d’Ivoire s’est inscrit dans l’exercice corporate du Gender Equality Seal, processus de certification qui atteste de l’engagement et des performances du bureau en la matière et destiné à promouvoir l’égalité entre les sexes.

Au niveau national, des appuis ont été apportés pour la formulation de la politique nationale du genre, de la stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre. Le PNUD Côte d’Ivoire assiste également l’état dans le processus de réflexion sur la budgétisation sensible au genre et d’atteinte de la parité aux instances électives et nominatives. La participation des femmes à la vie politique et aux élections est promue et un soutien pour l’autonomisation économique des femmes, à travers les activités génératrices de revenus, est apporté. Le PNUD contribue également aux efforts du gouvernement dans la prise en compte de la question du Genre au niveau de la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS), notamment avec la mise en place de gender desks/unités genre au sein des commissariats et gendarmeries de Côte d’ivoire.

Le Gouvernement ivoirien a adopté un Plan National de Développement (PND 2012-2015) en mars 2012 qui traduit la vision de développement fondée sur des sources de croissance inclusive et diversifiée ainsi que l'engagement du pays à œuvrer pour réduire la pauvreté au sein de la population et accélérer ainsi l’atteinte des OMD. Le PND, qui vise à contribuer à l'émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020, est le nouveau cadre national d’intervention des actions de développement et d’alignement des partenaires au développement pour leur appui à la Côte d’Ivoire. C'est dans cette dynamique que s'inscrivent les interventions du PNUD et du système des Nations Unies.

Que voulons-nous réaliser ?

Le Programme de coopération (CPD) du PNUD avec le gouvernement pour la période 2017-2020 traduit la contribution du PNUD au renforcement de la gouvernance, à la croissance inclusive et au développement durable du pays. Le CPD est articulé autour de deux piliers que sont :

  1. la gouvernance, l’état de droit et la cohésion sociale qui vise le renforcement de la gouvernance démocratique et la consolidation de la paix ; et
  2. le développement durable inclusif, avec un focus sur la promotion des modes de production et de consommation durables ainsi que la création d’opportunités d'emploi et de revenu pour les plus défavorisés, notamment les femmes, les jeunes et les groupes vulnérables.

Les interventions du PNUD sont alignées sur les priorités déclinées par le gouvernement dans son Plan National de Développement (PND 2016-2020) qui a pour ambition de conduire la Côte d’Ivoire à l’émergence à l’horizon 2020 à travers un processus de transformation économique, inclusif et durable.
Le Programme participe aussi à la mise en œuvre du Cadre de Programmation Unique (CPU 2017-2020) de l’Equipe Pays. Le budget du CPD est estimé à 52 100 000 USD.

Depuis mars 2012, une Unité de Terrain du Programme VNU a été établie à Abidjan en vue de servir l’ensemble du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire.

Nos résultats clés de 2009 à 2015

LE DEVELOPPEMENT INCLUSIF DURABLE

Planification de l’émergence et formulation du Plan National de Développement : PND 2016-2020

Le Bureau s'est investi dans le dialogue politique sur la problématique et les conditions de l’émergence ainsi que la promotion des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour le renforcement de la planification du développement.
    L’appui au Gouvernement dans la réalisation d’une revue de la mise en œuvre du PND 2012-2015 afin de se doter d’un nouveau cycle de planification nationale de développement (PND 2016-2020) pour l’émergence du pays.
    L’appui à organisation de consultations nationales de la délégation ivoirienne au Sommet sur les ODD.
    Adoption d’une feuille de route pour permettre à chaque acteur de s’engager davantage à prendre en compte les ODD dans sa planification.
Contribution à une gestion efficiente des finances publiques
    Amélioration des référentiels de programmation du Gouvernement dans le cadre des réformes budgétaires.
    Formulation de la revue et les commentaires des documents de programmation pluriannuelle des dépenses des 7 derniers cadres de dépenses à moyen terme (CDMT) ministériels, afin de franchir une étape décisive dans la modernisation des finances publiques, en étant le premier à finaliser la transposition totale des directives communautaires de l’UEMOA.
    Certification de 10 enseignants pour encadrer les ministères avant l’échéance communautaire fixée pour 2017 par le centre de formation l’AFD(CEFEB).
    Elaboration d’une feuille de route pour l’intégration de la dimension genre dans le budget public en Côte d’Ivoire et la mise en place  d’une coalition nationale pour porter l’initiative et conduire le plaidoyer conformément aux directives de cette feuille de route.
Dispositif national de coordination de l’aide publique au développement renforcé
    Mise en place d’une plate forme informatisée de gestion de l’aide (PGA) accessible à tous les ministères et les partenaires au développement.
    L’adoption d’une politique nationale de partenariat et d’efficacité de l’aide dans le but de consolider le mécanisme de coordination de l’aide du Gouvernement.
    Production du rapport annuel pour rendre compte de l’efficience des financements obtenus par le pays sur le développement.


Soutien aux activités génératrices de revenu


    Le soutien apporté à 13 895 personnes (dont 2 624 bénéficiaires et 72% de femmes en 2015) de la filière manioc a constitué l’une des principales contributions du Bureau en termes d’appui au développement d’activités génératrices de revenu.
    Augmentation de la production et du capital de 966 femmes issues de 5 organisations communautaires de la région ouest du pays (Biankouman, Man, Duékoué) et du sud (Débrimou et Jacqueville) ainsi que celle de 50 jeunes fabricants de pain.
     474 personnes (dont 165 femmes et 309 hommes) formées dans des activités agricoles.
    97 femmes ont bénéficié d’un soutien à la réalisation de leurs activités économiques.
    60 000  personnes ont été sensibilisées dans le cadre du programme de réintégration dans l’économie verte ciblant des ex-combattants et des jeunes des communautés d’accueil.
    197 ex-combattants ont achevé leur formation en électricité-bâtiment, et reçu leur filet de réinsertion contre 73 autres personnes (dont 43  ex-combattants et 30 jeunes issus des communautés d’accueil) qui  sont organisés en unités de transformation et de compactage des déchets plastiques.
Accès aux services sociaux de base amélioré
    Réalisation de 16 projets de réhabilitation d’infrastructures sociales (écoles, centres de santé, foyers polyvalents, et pompes hydrauliques villageoises).
    Etablissement du nouveau centre de santé urbain et du forage construits dans le cadre du partenariat établi avec l’entreprise minière Newcrest dans la Sous-préfecture de Hiré.
Mécanismes de préservation de l’environnement et de lutte contre le changement climatique renforcés
    Faciliter la participation de la Côte d’Ivoire à la conférence mondiale sur le climat de Paris, la COP21.
    Soutien au Gouvernement à la Formulation de la stratégie de développement bas carbone (INDC) ciblant une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 28% d’ici 2030, avec comme secteurs prioritaires l’énergie, l’agriculture et la forêt, et les déchets.
    Renforcement du  système d’information environnementale sur la zone côtière mis en place en 2014 avec l'engagement de 13 structures nationales en charge de la gestion données en vue d’une meilleure mutualisation de l'information environnementale.
    Production d’une publication internationale sur les bonnes pratiques du développement durable et le changement climatique préfacée par le Président de la République.

GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE, ETAT DE DROIT ET COHESION SOCIALE

APPUI AUX OPERATIONS ELECTORALES ET TENUE D’UN SCRUTIN PRESIDENTIEL SANS VIOLENCE.

    Organisation du scrutin présidentiel du 25 octobre 2015 soldé par une élection présidentielle apaisée et sans violence ;
    21 000 membres de bureau de vote ont été formés soit tous les agents de la CEI et les partenaires privilégiés de l’administration territoriale engagés dans la campagne d’information et de sensibilisation ;
    La sensibilisation de proximité pour la révision de la liste électorale avec 650 spots radiophoniques et 150 spots télévisés qui a contribué à l’enregistrement de 6 300 142 électeurs dont la participation accrue des femmes ;
    Un système d'enregistrement et d'identification des électeurs le jour du vote a été mis à jour afin de permettre, pour la première fois la prise en compte des données désagrégées par genre en rapport avec le taux d’électeurs enrôlés et ayant participé à l’élection présidentielle du 25 octobre (3 124 633 femmes enrôlées, soit 49,6% du total des électeurs inscrits) ;
    Le Rapatriement des résultats du scrutin des centres de vote vers les chefs-lieux des 107 départements pour le repli des enveloppes des résultats vers Abidjan en temps voulu, a permis la proclamation des résultats provisoires du scrutin présidentiel par la CEI dès le 28 octobre 2015, à savoir 3 jours après le déroulement.
CONTROLE DE L'ACTION GOUVERNEMENTALE RENFORCE
    Contribution au renforcement du contrôle de l'action gouvernementale ;
    La mise à disposition de l'administration parlementaire, d'un guide de rédaction des actes législatifs pour permettre une gestion plus efficace et mieux structurée des processus d'examen et d'approbation des projets et propositions de lois soumis à l'analyse du Parlement ;
    Le renforcement des capacités de la plateforme d'échanges entre le Réseau des parlementaires contre la corruption et le Réseau des organisations de la société civile pour le contrôle citoyen de l'Action Publique s’est renforcée ;
    L’Appui à l'opérationnalisation de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance (HABG) dans le cadre de la réforme du cadre juridique et institutionnel de lutte contre la corruption ;
    30 000 exemplaires des 2 nouvelles lois relatives à la lutte contre la corruption et aux missions de la HABG ayant été édités et  diffusés auprès de l’ensemble des acteurs nationaux.

APPUI A LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE ET SECURISATION COMMUNAUTAIRE
    La réinsertion de 69 056 ex-combattants démobilisés sur 74 000 ciblés ;
    La Poursuite des activités de resocialisation des ex-combattants dans 06 sites à l’intérieur du pays dans le processus de démobilisation ;
    Opérations de collecte d’armes communautaire en collaboration avec la Commission Nationale de lutte contre la Prolifération et la Circulation illicite (ComNat-ALPC) ont permises de collecter plus de 1 200 armes, 13 220 munitions et 128 explosifs en vue de réduire la violence armée. A ce jour, ce sont plus 40 000 armes qui ont été collectées dont 30 000 armes des arsenaux nationaux de sécurité marquées ;
    La formation d’une équipe de 12 spécialistes des forces ivoiriennes en gestion et transport d’explosifs et de 45 agents issus de la Douane, la Police, des Eaux et Forêts, de la gendarmerie et de l’armée aux techniques d’entreposage, de transports et de stockage des ALPC ;
    La Prise en compte du genre et à la compréhension des besoins de  gendarmerie et de police avec la première promotion de femmes gendarmes admises à l’Ecole de Gendarmerie d’Abidjan ;
    La formation de 150 agents de la police et de la Gendarmerie pour une meilleure connaissance des Violences Basées sur le Genre (VBG), des Techniques d'enquêtes et de prise en charge des victimes afin d’animer les Gender Desk ;
    5372 policiers et gendarmes de tous les commissariats, districts, préfectures et unités spécialisées de police ainsi que des légions de gendarmerie de Côte d’Ivoire, ont reçu les outils nécessaires à la sécurisation des processus électoraux ;
    Le Renforcement des capacités opérationnelles de 5 centres de secours d’urgence (CSU) mis en place par l’Office National de Protection Civile (ONPC) aux pompiers civils ex-combattants issus du processus de réintégration .

SOUTIEN AU MECANISME DE JUSTICE TRANSITIONNELLE ET COHESION SOCIALE

    La réparation des victimes et de leurs ayants droits soit respectivement 38 158  et 40 182 victimes recensées et enregistrées sur  un effectif de 78 340 victimes identifiées avec l’appui du PNUD surtout dans les zones rurales sur l'ensemble du territoire dont le processus d’indemnisation a été entamé le 4 août 2015 avec 1000 premières victimes.

.En matière de genre, le bureau a soutenu le renforcement du cadre institutionnel de promotion du Genre pour une intégration transversale de l’approche Genre dans les initiatives nationales. De façon spécifique, le PNUD Côte d’Ivoire a renforcé les capacités de la Direction de l’Egalité et de la Promotion du Genre afin de la rendre opérationnelle ; appuyé l’élaboration de la politique nationale genre et la stratégie nationale de lutte contre les VBG ; appuyé la création du Compendium des compétences féminines, du Caucus des femmes parlementaires et des cellules Genre au sein des ministères sectoriel;

Les décideurs du bureau

Le bureau pays est dirigé par un RR, coordonnateur du SNU, coordonnateur humanitaire et Adjoint du Représentant  Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies à l'ONUCI.

La direction des activités du PNUD est assurée par le Directeur Pays qui a la responsabilité générale du programme du PNUD. Il est secondé par un Directeur Pays Adjoint/Programme qui assure la direction opérationnelle des activités programmatiques et le contrôle de qualité des projets en veillant à leur cohérence avec les priorités nationales et le plan stratégique du PNUD ainsi qu'un Directeur Pays adjoint/Opération qui supervise les services liés aux achats, administration générale, ressources humaine et finance. Les unités de programmes sont chargées de superviser et soutenir les Coordonnateurs de projet dans les domaines d’intervention du bureau. La plupart des projets appuyés au niveau national par le PNUD sont mis en œuvre selon la modalité nationale (NIM) Ils sont dirigés par les Directeurs Nationaux de projet qui sont fonctionnaires du gouvernement au sein du Ministère concerné appuyés au plan opérationnel par les Coordonnateurs de projet.

Les activités du Programme sont réalisés à partir des plans de travail annuels convenus entre les Partenaires d’exécution (Ministères techniques, structures nationales, Organisations de la Société Civile, Agences du Système des Nations Unies, etc.) et le PNUD.

Le PNUD a développé plusieurs partenariats stratégiques et opérationnels  avec les institutions Gouvernementales et nationales, les agences du SNU, les partenaires bilatéraux et multilatéraux, le secteur privé, les ONG et la société civile.

Current Staff Count for Côte d'Ivoire

Contract TypeSub Total
Service Contract 47
UN Volunteers 5
UNDP Staff 35
Total 87