6 Réduire l’extrême pauvreté et la faim

Où en sommes-nous ?

Le taux de pauvreté, a augmenté en Côte d’Ivoire depuis les années 1990. Il est passé de 32,3% en 1993 à 38,4% en 2002 puis à 48,9% en 2008, contre un objectif initial de 16% (DSRP 2009-2013) projeté en 2015. Grâce aux reformes menées dans bon nombre de secteurs stratégiques et aux investissements accrus de ces dernières années, le pays a renoué avec la croissance qui est estimé à 9,8% en 2012 contre -4,7%  en 2011. L’Etat multiplie ces efforts en vue d’inciter à l’investissement privé véritable promoteur de la création d’emplois et de la redistribution de richesses.

Concernant le premier objectif qui vise à réduire l’extrême pauvreté et la faim, l’évolution des indicateurs révèle des tendances peu encourageantes, avec un taux de pauvreté qui est passé de 38,4% en 2002 à 48,9% en 2008. Avec l’impact des effets négatifs de la crise postélectorale de novembre 2010, ce taux serait à ce jour au delà de celui de 2008.
Aussi, en vue d’inverser résolument ces tendances, le Gouvernement de Côte d’Ivoire devra-t-il avec la mise en œuvre du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP 2009-2013), résolument impulser une véritable dynamique de croissance durable afin de ramener le taux de pauvreté à 16% à l’horizon 2015.
Ce défi devra être relevé avec un accompagnement encore plus des interventions directes et communautaires en faveur des pauvres et des couches les plus vulnérables (femmes, jeunes et enfants).


Sur la période 1993-2008, la proportion de la population vivant en dessous du seuil national de pauvreté s’est accrue de manière considérable. Il est passé de 32,3% en 1993 à 48,9% en 2008. Plusieurs phases ont marqué cette évolution. De 1993 à 1995, correspondant à la récession économique, ce taux est passé de 32,3% à 36, 8%. Suite à la dévaluation du FCFA de 1994 et l’augmentation des cours mondiaux des matières premières, ce taux a connu une inflexion en 1998 (33,6%). En 2008, la pauvreté a atteint 48,9% après 6 années de crise militaro-politique.

1.27 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour
    • La crise économique mondiale a entraîné un ralentissement des progrès, mais le monde reste en passe d’atteindre la cible relative à la réduction de la pauvreté.
    • Avant la crise, la pauvreté avait diminué en gravité dans presque toutes les régions.
  2. Assurer le plein-emploi et la possibilité pour chacun, y compris les femmes et les jeunes, de trouver un travail décent et productif
    • La détérioration du marché du travail, déclenchée par la crise économique, a entraîné une baisse brutale de l’emploi.
    • Avec la perte d’emplois, un nombre croissant de travailleurs est obligé d’accepter des emplois précaires.
    • Depuis la crise économique, un nombre croissant de travailleurs se retrouvent dans une pauvreté extrême avec leurs familles.
  3. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim
    • La faim est peut-être remontée en flèche en 2009, l’une des terribles conséquences des crises alimentaire et financière mondiales.
    • Les progrès en vue d’éradiquer la faim patinent dans la plupart des régions.
    • En dépit de certains progrès, un enfant sur quatre souffre encore d’insuffisance pondérale dans le monde en développement.
    • Les enfants des zones rurales ont deux fois plus de chances de souffrir d’insuffi sance pondérale.
    • Dans certaines régions, la prévalence des enfants souffrant d’insuffisance pondérale est nettement plus élevée chez les pauvres.
    • Plus de 42 millions de personnes ont été déracinées par les conflits ou les persécutions.