Sources de la croissance économique, pauvrété, inégalité et implications de politiques économique en Côte d'Ivoire

20 mars 2014
image

Résumé du rapport

 

L’étude intitulée « Sources de la croissance économique, pauvreté, inégalité et implications de politiques économiques en Côte d’Ivoire » vise à mettre en évidence les trajectoires de croissance qui caractérisent les dynamiques sectorielles des revenus et leur influence sur les populations pauvres dont le revenu en dépend. Cette étude souligne en effet que la manière dont les ménages sont touchés par la pauvreté n’est pas identique selon le secteur d’emploi des membres du ménage et particulièrement de leur chef. Des dynamiques différenciées affectent les secteurs d’activités, ce qui conditionne les gains dont peuvent bénéficier les personnes qui en tirent un revenu : selon les cas, cela peut permettre de les extraire de la pauvreté, ou risque au contraire de les y enfermer. Les analyses traditionnelles de la relation liant la croissance, la répartition des revenus et la pauvreté sont considérées comme trop générales et elles méritent d’être affinées afin de mieux cerner l’impact des politiques et des chocs sur les ressources des plus pauvres. Ainsi, le caractère pro-pauvres de la croissance pourra être mis en exergue à la lumière de la dynamique des secteurs dans lesquels les pauvres sont employés. En termes d’implications de politiques, cette analyse éclaire les politiques de redistribution et d’allocation intersectorielle des ressources, mais également de promotion de la productivité dans les secteurs employant les pauvres. Cette étude permet en outre de compléter l’approche de la pauvreté axée sur les dépenses des ménages.

A retenir

  • La dynamique des secteurs et de leur productivité influent sur la prévalence de la pauvreté des ménages en fonction des secteurs d’activité des chefs de ménage.
  • La croissance des filières du café cacao s’est révélée pro-pauvre au sens strict en permettant à la fois l’augmentation des revenus et la réduction des inégalités et par conséquent de la pauvreté des ménages dont le chef y travaille à l’opposé de la plupart des autres secteurs dont la dynamique a été permis au mieux la réduction de la pauvreté accompagnée de la hausse des inégalités.
  • Les appuis visant l’amélioration de la productivité des secteurs employant les populations pauvres sont essentiels pour les aides à sortir de la pauvreté en complément de l’amélioration aux services sociaux de base.
Télécharge ce document